Il y a deux écoles concernant l’équilibre. Ceux qui pensent que la variété alimentaire suffira à combler les besoins nutritionnels sur une période parfois mensuelle, voire plus, et ceux qui pensent qu’il faut tout apporter chaque jour. Dans le premier cas, cela résulte malheureusement d’une méconnaissance des mécanismes métaboliques de chaque nutriment, et dans l’autre, d’un excès de prudence qui vaut mieux que l’inverse et si bien fait, n’est pas dangereux.

Cependant, il est possible de trouver un équilibre entre ces deux extrêmes afin de faire preuve d’une certaine souplesse dans la distribution des micro-nutriments. Pour cela, il s’agit de savoir ce qui peut être équilibré sur la durée et ce qui ne peut pas l’être, et c’est assez simple en réalité.

Les vitamines liposolubles

Ce sont les vitamines A, D, E et K.

Nous ne nous occuperons pas de la vitamine K pour un chien adulte en bonne santé car elle peut être synthétisée par l’animal grâce à l’action des bactéries intestinales. Les vitamines liposolubles sont stockées par l’organisme, ce qui signifie qu’elles peuvent ne pas être distribuées tous les jours, mais aussi qu’elles présentent un risque plus grand de toxicité. Les vitamines A et D sont apportées principalement par le poisson et le foie, qui sont des aliments qui peuvent ne pas être distribués chaque jour, ce qui nécessitera dans certains cas un apport quotidien sous une autre forme en EPA et DHA.

J’exclue la vitamine E de ces écarts car elle est extrêmement importante pour éviter l’oxydation des graisses alimentaires, et pour piéger les radicaux libres et prévenir le stress oxydatif. Pour cette raison et parce-que les aliments ne suffisent pas à apporter une quantité satisfaisante et optimale (voir article sur la vitamine E), je recommande l’utilisation d’un supplément.

Les vitamines hydrosolubles

Ce sont les vitamines du groupe B et la vitamine C.

Elles  ne sont pas stockées par le corps, ce qui signifie qu’elles doivent être apportées chaque jour et les excès sont excrétées dans les urines.  De plus, il est important de savoir que les vitamines hydrosolubles sont extrêmement sensibles à la chaleur et à l’air, ce qui les rend particulièrement fragiles, et il est important de prendre ces facteurs en compte lors de la formulation des rations, afin de compenser les pertes liées au stockage.

Les minéraux

Les minéraux, à l’exception du calcium et du phosphore dans une certaine mesure néanmoins, ne sont pas stockés dans le corps. Cependant, on ne souhaite pas se passer d’un apport en calcium quotidien (même si sur quelques jours ou dans le cadre d’un régime d’éviction pour un chien adulte en bonne santé, cela n’est pas dramatique), car cela déséquilibrerait le ratio phospho-calcique, en raison de l’apport important en phosphore par la viande et le poisson.

Les minéraux apportés en quantité généralement suffisante par les rations BARF classiques basées sur un modèle ratio sont le magnésium (à quelques exceptions près d’une variété quotidienne trop insuffisante), le sélénium, le calcium, le phosphore.

Cela nous donne donc un apport insuffisant en iode, zinc et manganèse qu’il faudra prendre soin d’apporter tous les jours avec des aliments lorsque c’est possible (kelp, moules, bœuf…) ou des compléments quand les apports alimentaires ne sont pas possibles ou qu’une restriction calorique rend les apports compliqués.

En conclusion

Équilibrer sur la durée, c’est possible, si :

  • Les nutriments qui le permettent sont pris en compte.
  • Cela ne va pas au delà d’une semaine.
  • Cela concerne une quantité restreinte d’aliments, ce  qui signifie que l’animal doit pouvoir tolérer une variété suffisante.