Le Ca:P pendant la croissance

Print Friendly, PDF & Email
Par Diane Rasolofondraibe // Admin du groupe associé: Nutrition Canine, vers une approche nutritionnelle du BARF .
 
Le calcium et le phosphore jouent des rôles majeurs durant la croissance du chiot.

Ils sont évidemment liés au squelette et au développement/maintient de l’intégrité osseuse, mais interviennent aussi dans d’autres procédés métaboliques importants (transmission nerveuse, coagulation sanguine, perméabilité cellulaire, fonction cardiaque, système musculaire, fonctionnement de certaines enzymes…)
Un excès/une déficience pourra donc entraîner des problèmes à ces niveaux, selon la gravité du cas: rachitisme, ostéomalacie, croissance altérée, hypercalcémie… Au “moins grave”, on pourra observer une fragilité osseuse, des boiteries, des fractures…

Les besoins d’un chiot en croissance étant délicats, il est facile de créer un excès/une déficience
C’est pour ca qu’on déconseille de donner des os charnus à un chiot: les données actuelles concernant les apports des os charnus sont des données empiriques, et la croissance étant une période cruciale, il vaut mieux se baser sur des données appuyées/s’assurer que les apports soient au mieux gérés
Pour les seniors, c’est similaire: on ménage le corps .

Là où un chien adulte en bonne santé pourra gérer ces “écarts” (dans la limite du possible), ce ne sera pas forcément le cas pour un chien avec pathologie ou un chiot ou un senior

On peut donc complémenter avec du carbonate de calcium par exemple
On parle aussi de + en + du lithothamne, qui est aussi riche en autres minéraux (c’est pratique pour formuler des fois!)
Le fait de complémenter en calcium permet aussi de mieux gérer le ratio calcium:phosphore, car les os charnus apportent certes du calcium, mais ils apportent également du phosphore…
Donc dans certaines recettes qui utilisent des os charnus, c’est un peu difficile d’augmenter l’apport en calcium sans dérégler aussi le phosphore, et c’est le serpent qui se mord la queue !
On peut aussi partir sur une ration ménagère, avec CMV (sans os charnus et sans abats donc), pour se rediriger vers un BARF une fois la croissance terminée.

Le ratio Ca:P doit être ajusté selon les besoins de l’individu.

Le ratio acceptable pour un adulte par exemple sera de 1.1:1 à 1.4:1, alors que pour un chiot ce sera différent (et ca dépendra aussi de l’individu, un chiot de grande race aura une croissance différente d’un chiot de petite race par exemple, etc…).

Donc comme quand on formule, on regarde si le ratio de la recette convient, et on ajuste selon.
Ça implique donc de reformuler régulièrement la recette pour s’assurer qu’elle suive la croissance de manière cohérente, au niveau des besoins en nutriments, mais aussi du besoin énergétique, qui vont évoluer à chaque “stade” de la croissance et nécessiteront donc un suivi et des ajustements constants
Contrairement aux chiens adultes, il faut que l’alimentation soit équilibrée constamment, l’équilibre ne se fait pas sur la durée/on n’a pas cette option
Il s’agit au final de s’assurer que la croissance soit harmonieuse, et que l’alimentation soutienne la croissance sans l’altérer, que ce soit dans un sens ou dans l’autre (une croissance trop rapide c’est pas idéal non plus)

Il y a sûrement eu des cas de chiots qui ont développé des problèmes, mais c’est très difficile de tenir un “agenda” des cas qui se sont produits/savoir à quoi c’est réellement lié, surtout que certains problèmes ne se manifestent pas forcément tout de suite/ne sont pas visibles/sont la conséquence d’un cumul de choses.
En tout cas, on sait que tel nutriment influence telle et telle chose dans le corps, et on connaît les effets d’une déficience/d’un excès en calcium/phosphore
Au final, il s’agit + de faire de son mieux en fonction de ce qu’on sait, plutôt que de nourrir “sans artifices”.

(En tout cas pour nous, qui formulons avec compléments/en fonction des besoins, et qui n’hésitons pas à utiliser ces artifices si le besoin s’en ressent).
Il y a l’expression “thrive VS survive” que j’aime beaucoup, et qui résume bien notre manière d’aborder ce sujet: il s’agit de donner tous les éléments possible au chien pour non-seulement qu’il puisse vivre correctement, mais aussi pour qu’il puisse s’épanouir et être au meilleur de lui-même.
Si cela passe par des compléments ou s’écarter de ce que la “nature” nous montre au 1er abord, alors pourquoi s’en priver ?